La problématique du port de chaussures


LES Talons

Et je ne parle pas de ces talons aiguilles qui rehaussent les formes féminines. Les chaussures pour les hommes et les chaussures de sport ont toutes un petit talon. Je te défie de trouver une chaussure sans aucun talon (l’arrière du pied ne doit pas être plus haut que la pointe de l’orteil) dans un magasin de chaussure. Le problème du talon, c’est qu’il rend impossible l’accès à l’amplitude totale de la cheville, du genou et du bassin. Si ce mouvement est souvent répété (et quel mouvement est plus répété que la marche ?), il entraîne constamment de petits mouvements compensatoires dans les genoux, les hanches, le bassin, la colonne vertébrale, jusqu’à la nuque. Un peu à la façon dont le corps se réajuste vers l’arrière lorsque tu descends une colline, ton corps s’ajuste continuellement à chaque pas pour te permettre de garder le regard sur l’horizon. Porter des chaussures, c’est comme si tu passais ta vie à descendre une légère pente. Lorsque j’étais au collège, je m’intéressais déjà pour toutes ces histoires de pieds et j’avais acheté des chaussures développées par l’université de Lausanne qui étaient censés contrer cet effet néfaste du talon dans la plupart de nos chaussures. Ces chaussures avaient un talon inversé, c’est-à-dire que l’arrière du pied était placé plus bas que les orteils. On te faisait donc « monter la colline » pour compenser le temps que tu as passé à « descendre la colline ». Le problème a bien été décelé, il y a déjà des années, mais au lieu d’éduquer les gens à se mouvoir d’une façon plus « naturelle », on avait trouvé le moyen de nous faire encore acheter un nouveau « gadget » santé. La solution est plus simple que cela. Trouver des chaussures sans aucun talon.

Voici ce qui se passe avec ton corps lorsque tu portes des talons aussi bas qu'ils soient. Chaque mm de talon t'incline d'un degré en avant. Comme tu n'es pas un bâton rigide, tu es capable de compenser cette inclinaison à travers ta nuque, ta colonne, ton bassin, tes hanches et tes genoux, afin que tes yeux puissent tout de même rester fixés sur l'horizon. (Cette image est tirée d’un livre que je te recommande absolument, si tu lis l’anglais et es intéressé par une vie sans chaussures : Bowman Katy. 2015. Whole body barefoot. Transitioning well to minimal footwear. Propriometrics Press. United States)

Un autre problème du port de talon, même les plus bas, c’est que ton poids est envoyé vers l’avant du pied. L’os de ton talon, Monsieur Calcanéus, est un très gros os qui est fait pour porter 60% de ton poids. La famille des Métatarses, qui habitent à l’avant de ton pied, sont des os plus longs et fins et sont fait pour équilibrer les 40% restants. Avec le port de talon, ces petits os de l’avant du pied et surtout celui qui se trouve sous ton gros orteil doivent porter beaucoup plus de poids et sont soumis à des forces extrêmes. Un os se déforme d’après la charge qui lui est imposé, ainsi, l’os sous le gros orteil grandit pour être capable d’endurer une charge plus élevée, et… tadahhhh ! Un joli oignon !

Tu pensais que tes oignons étaient génétiques ? Pas vraiment. 


Petit test de biomécanique

Qui prend le plus de risques en portant des talons ?

Un indice ? Ok, en voilà trois pour le prix d’un seul talon:

 

1) Plus le talon est grand, plus le corps est penché vers l’avant.

2) Plus notre pied est court, plus le corps est penché vers l’avant.

3) Plus le corps est long, plus le corps est penché vers l’avant.

 

 

 

 

 

Réponse : les grands à petits pieds et les enfants. En effet, les jeunes enfants ont encore des pieds disproportionnellement petits par rapport à leur taille. C’est pour moi une aberration totale de voir les mêmes talons pour les enfants que pour les adultes.